15 février 2006

Buffet pour 15 personnes - Suite

halwa

Cédant aux flatteries, l’ami indien a enfin révélé les secrets de son délicieux halwa. Et comme je suis une vraie Polichinelle, je ne résiste pas à l’envie de partager ces secrets révélés. Une version sans farine et sans épices contrairement à d’autres variantes mais la simplicité a parfois du bon :

L'Halwa selon Bushan Recette pour 5-6 personnes

1 kilo de grosses carottes rapées
30 cl de lait
crème
2 c.à.s de ghee (ou à défaut, de beurre clarifié ou de beurre tout court, non sale)
Une poignée de noix de cajou, d’amandes et de raisins secs

Amandes effilées
100 à 150 grammes de sucre selon le degrés de gourmandise

1. Chauffer le ghee (ou le beurre) dans une grande poële
2. Y verser les carottes rapées et le lait
3. Couvrir et laisser cuire 5-7 minutes
5. Enlever le couvercle et laisser l’excès de liquide s’évaporer (15-20 min). Tourner de temps en temps pour éiter que ça n’attache au fond de la poële.
6. Ajouter le sucre et bien mélanger. Laisser fondre. Ajouter la poignée de fruits secs et un petit peu de crème. Bien mélanger à nouveau.
7. L’halwa devant être quasiment sec et plutôt compact, laisser l’éventuel surplus de liquide s’évaporer
(Mais l’ami avoue l’aimer un peu humide alors il ne respecte pas cette dernière indication)
8. Déposer l’halwa dans un plat et couvrir d’amandes éfilées. Servir de suite.
"Well its done, very simple :)"

Posté par c_zenobie à 20:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]


12 février 2006

Buffet pour 15 personnes (+/- 100%)

coincoin1

Lancer des invitations pour une soirée est plutôt chose facile. Etablir ensuite de façon précise qui viendra, qui ne viendra pas, accompagné ou non, d’une personne ou de plusieurs personnes, est toujours chose beaucoup plus compliquée… Afin d’éviter les crises d’angoisse sur le nombre de plats à préparer pour le buffet, nous avons une fois de plus appliqué la petite recette bonne franquette qui caractérise maintenant les fêtes en notre demeure: chacun est invité à venir partager un plat cuisiné par ses soins, plus ou moins sous l’influence de la tradition culinaire de son pays d’origine. Résultat : des découvertes culinaires fantastiques et des convives fières de partager leur carnet de recettes.

Mon œuvre s’est donc limitée à quelques préparations : gâteaux apéro, délicieuse terrine de pois chiche/curry,kefta, et quelques touches sucrées dont un clafouti aux litchees. Envie frénétique d’éxotisme au cœur de l’hiver partagée par d’autres convives dont on retiendra le moelleux citron/papaye ou l’halva de carottes.

litchees2

Clafouti aux litchis

4 œufs
4 c. à .s. de sucre de canne
1 sachet de sucre vanillé
5 c. à .s de farine
25 cl de crème liquide
1 pincée de sel
Litchis dénoyautés ou boite de litchis au sirop

Mélanger farine et sucre. Faire un puit et ajouter les œufs, la crème et le sel. Beurrer un plat et y déposer les fruits. Couvrir de l’appareil. Cuire 45 minutes a 180°.

Posté par c_zenobie à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2006

Travail et contemplation

p1010055

Trouvé au Mont Saint Michel, le livre de la "Cuisine du monastère" de frère Victor Antoine d'Avilla Latourette invite à la gourmandise, une gourmandise sans viande mais avec parfois du poisson dont le vraissemblablement fameux ragout de poisson à la saint Hubert. Euh... St Hubert,patron des chasseurs et des forestiers apparenté à une recette de poisson? Etrange... 'St Hubert' à cause d'un des principaux ingrédients, la bière, genre une bière de moines belges?  Une rapide recherche sur le web révèle l'existence d'une bière St Hubert, fabriquée pour la rotisserie du même nom, au Québec. Rien à voir à priori. Associée à la recette, en bas de page, cette citation d'un certain Ruysbroek l'Admirable: "Alors seulement notre vie s'unifie, lorsque le travail et la contemplation demeurent en nous côte à côte, et que nous sommes parfaitement dans les deux en même temps". Le mystère reste entier mais la question de savoir si c'est bon ou non est élucidée: c'est très bon!

Ragout de poisson Saint Hubert
6c.à.s d'huile
2 oignons émincés
450 g de poisson blanc
4 carottes en rondelles
3 pommes de terre en dés
Persil
Laurier
70 cl de bière (pas trop amère, une blanche ou une gueuze)
20 cl d'eau
Faire revenir l'oignon dans l'huile, ajouter les autres ingrédients, remuer, couvrir et laisser cuire 35 à 40 minutes. Voila!

Posté par c_zenobie à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2006

Tokay party

polenta

Le vin de Tokay pourrait être le sujet d'un roman à lui tout seul. Si le nom est d'origine hongroise, les alsaciens l'ont emprunté avant de devoir le rendre et les australiens l'utilisent encore dans diverses déclinaisons. Dès lors, une question: même nom = même goût? Une réunion d'importateurs directs s'imposait. Réunis autour des fioles de nectar, hongrois, australiens et nous autres français avons procédé aux tests. Et la réponse à la question posée fut unanime: rien à voir! Le Tokay australien, vin cuit fait un très bon apéritif. Le français, que l'on nomme maintenant Pinot Gris, se marie à merveille avec les plats alsaciens. Quant au Tokay hongrois, véritable concentré de raisins sucrés, donne une touche voluptueuse au dîner.

Mais que manger en savourant ces vins de Tokay? Difficile d'envisager le menu sans avoir testé les vins au préalable... Alors, partie du préjugé que tous devaient être des vins doux, les champignons, le poisson, les oignons et les fruits d'automne ont guidé mes choix. Sur la table apéro dînatoire voisinaient donc carrés de polenta, tarte à l'oignon alsacienne de Christophe Felder, tartines de compote de poires crues et maquereaux au vin blanc.

compote_poires

Tartine de Maquereaux et compote de poires crues au poivre

- pain complet
- une boite de maquereaux au vin blanc
Compote:
4 poires, 1 c.à s. de moutarde, 5cl de vin blanc, le jus d'un citron, 3c.à.s. de fromage blanc

Éplucher et râper les poires, les mélanger avec les autres ingrédients.
Composer les tartines en nappant de compote puis de morceaux de maquereau.

Posté par c_zenobie à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2006

Burn’s night

En Ecosse, le 25 janvier, on fête l’anniversaire Robert Burns, célèbre barde né en 1759. Et ce 25 janvier 2005, notre communauté internationale n’échappe pas à la tradition du pays des hommes en tartan.

Alors que fait on pour célébrer l’évènement ? Et bien on écoute de la cornemuse, et le moment venu, c’est de façon cérémoniale que le plus écossais de tous récite le fameux « Address to a haggi », poème du barde sur le haggi, un met bien étrange : un genre de grosse boule luisante et fumante. A la fin du poème, le barde improvisé éventre l’étrange boule, révélant un contenu non moins étrange, rappelant vaguement le boudin noir de nos campagnes.

haggi_copy1

Les végétariens ont droit a une version moins barbare à base de céréales, de légumineuses et de noix concassées, un truc très poivré, très bon. Reste que l’histoire ne dit pas si cette version était comme la version carnivore emballée dans une panse de brebis pour la cuisson… allez, on disait que non…

Posté par c_zenobie à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2006

Des livres aux casseroles - Le mafé au thon

Parce que nul ne peut vivre une vie romanesque sans reprendre des forces de temps à autres, à un moment ou à un autre, les mots culinaires ne peuvent s’empêcher de faire irruption dans les œuvres littéraires.


Sur ma table de chevet et dans mes poches la semaine dernière: "Amkoullel, l'enfant peul", autobiographie d' Amadou Hampâté Bâ, ambassadeur de la culture orale africaine (J'ai lu, 2000).


p1000903


Amadou Hampâté Bâ n’échappe pas à la règle ci-dessus énoncée :


La base de la nourriture était le mil. Le riz n’étant pas cultivé dans notre région, un plat de riz représentait un grand luxe que l’on ne s’offrait qu’à l’occasion de grandes réjouissances. «  Le ri est une nourriture de roi » disait un adage des montagnes de Bandiagara. Mais grâce à la fortune de ma mère, on en mangeait deux fois par mois (…). Ces jours là ; j me gardais bien de me laver les mains à la fin du repas. Je courais dans la rue cherche un petit camarade. Quand j’en trouvais un, je cachais ma main derrière mon dos et l’apostrophais : «  Si tu le peux, dis moi ce que j’ai mangé aujourd’hui à la maison.  » Comme il hésitait, je lui plaquais ma main sous le nez : «  C’est du riz ! Oh, c’est du ri ! » Gonflé d’orgueil, j’éclatais de rire : «  ca, ça ne s’appelle pas du riz, mais de la céréale royale ! » Et je partais à la recherche d’un autre camarade pour lui plaquer ma main sur le nez.

La cuisine africaine est loin d’être la cuisine que je connaisse le mieux. Une seule recette dans mes tablettes : le mafé, à servir avec du riz justement. Transmise au dessus des casseroles par un ami sénégalais, la recette que je vais vous conter est rapide, facile a cuisiner et a fait moulte fois preuve de sa capacité à rassasier une large assemblée.

mafe3Mafé au thon

Une boite de concentré de tomates

4 cuillères à soupe de beurre de cacahuètes

70 cl de bouillon Kub

& oignon en rondelles

2 carottes en tronçons

2 pommes de terre en cubes

Une boite de thon au naturel (égoutté)

Bouquet garni

Harissa

Dans une casserole, faire revenir l'oignon dans une cuillère à soupe d'huile d'arachide. Ajouter le concentré puis les 3/4 du bouillon chaud. Diluer le beurre de cacahuètes dans le restant du bouillon et le verser dans la casserole. Porter à ébullition avant d'ajouter légumes et bouquet garni. Laisser mijoter le temps que les légumes soient cuits. Ajouter le thon. Laisser sur le feu encore quelques minutes. Assaisonner d'harissa. Servir avec du riz. Manger. Se laver les mains parce qu'on est humbles.

Posté par c_zenobie à 17:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 janvier 2006

Trois francs six sous

C'est pas cher, c'est joli et c'est vite fait: les boites de concentré de tomates, ouvertes des deux cotés(attention que les bords ne soient plus coupants, limer au besoin): et hop, des ronds de serviette atypiques, comiques, un brin rustiques. Rien ne se perd, tout se recycle...

rondeserviette1

Posté par c_zenobie à 22:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 janvier 2006

Du poireau dans les tucs: mon cheese cake

Quand l'apéro traîne en longueur, on hésite entre continuer à siroter sa bière fraîche ou finir rapido pour passer à table. Ce dimanche, nous avons choisi le compromis: apéro entrétoire (le petit frère de l'apéro dînatoire). Dans les assiettes: des petits cheese cake, pâte au Tuc pour le coté apéro, poireaux pour le coté dîner. J'entends d'ici les réflexions: " le dîner à l'apéro, passe encore, mais le dessert en entrée,ou va-t-on?".

Mea culpa. Je ne suis pas sans savoir que le cheese cake est un gâteau anglais sucré, fort apétissant si l'on s'en réfaire à la très belle illustration donnée dans le livre des 100 desserts de Christophe Felder. A la lecture de la recette associée, on s'émerveille. Des Tuc dans le fond de tarte, quelle bonne idée. Mais avec du sucre.... bof. Du fromage frais dans l'appareil, bonne idée aussi mais avec du sucre aussi... bof aussi!

Qu'a celà ne tienne, marions la recette de Monsieur Felder à celle d'un vague souvenir de tarte aux herbes le les poireaux remplaceraient les herbes, respect des saisons oblige.

tarteautuc1

CHEESE CAKE POIREAUX / TUC (2 tartelettes)

La pâte: 30g de Tuc, 25g de beurre, une cuillère a café de sucre, 8g de farine, quelques gouttes d'eau
Écraser les Tuc, ajouter le reste des ingrédients, malaxer. Étaler entre deux couches de papier sulfurisé et placer au frigo 30 min. Garnir ensuite les petits moules. La, normalement, on galère un peu parce que la pâte est très friable mais en raccommodant par ci par la, on s'en sort.

La garniture au fromage:75g de cream cheese (j'ai utilisé du Philadelphia mais il parait que le St Moret fait aussi l'affaire. La Ricotta, ça ne doit pas être mal non plus) , 1 oeuf, d'un blanc de poireau.
Cuire le blanc de poireau à couvert, avec un peu d'eau, une dizaine de minutes. Y mélanger le fromage puis l'oeuf battu. Saler, poivrer et garnir les fonds de tarte.

Cuire 20 minutes a 180°.

Posté par c_zenobie à 18:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 janvier 2006

L'atelier du lutin de Noel

family1Après une année de couture, l'esprit de conserve aidant, les chutes de tissus se sont accumulées. Ainsi le lutin ne se trouve pas dépourvu lorsque Noël est venu. Déclinaisons de modèles très sérieux ou envollées stylistiques, une dizaine d'animaux sont nés de ma machine à coudre:tortue, âne, panda, vache masquée, keunotosaure...    Sur la photo, une partie de la famille: Isamu (création perso d'inspiration vaguement japonaise) Mister Pandipanda et Mimi la petite souris (libres interprétations de patrons issus du très ludique "Idées Magazine" spécial doudous).

Posté par c_zenobie à 11:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]



« Début   3  4  5  6  7  8