Sortie culturelle de la semaine dernière : édition 2006 de Paris Photo, salon au cours duquel les galeristes du monde exposent leurs artistes pour le plus grand plaisir de beaucoup de collectionneurs et de quelques badauds, dont moi.

asp2Dans les stands, on parle anglais, néerlandais ou chinois, et on expose français, finlandais ou japonais. Les collectionneurs admirent et achètent. Les badauds notent sur un coin de journal le nom des découvertes, histoire de s’offrir un cliché retrouvé sur Internet à punaiser au dessus du bureau. Sur le coin de mon journal, en pensant à vous, j’ai marqué : Martin Parr.

Monsieur Parr est anglais, il a obtenu son diplôme en 1973, a fait quelques clichés noir et blanc avant de donner dans la couleur, vive. Monsieur Parr est connu pour son regard satyrique, cynique sur la société anglaise. A Paris Photo, Monsieur Parr a retenu mon regard pour ses clichés à connotation culinaire, certains probablement extraits de sa série « english food », gros plans sur des compositions alimentaires aux couleurs plus que vives, d’autres extraits d’autres séries, comme ces asperges saisies sur le « Port Elliot Literary Festival ». Comme le sel dans l’eau de cuisson, l’argentique révèle le vert des légumes qui dominent au premier plan, à portée de main sur le parapet, nets alors que les figures humaines masquées ou floues restent anonymes… j'adore.

+ sur Martin Parr

asp2
asp3Kadaïf (vermicelles frais, dans les épiceries turques)
Huile d’olive
Moutarde
Miel
Vinaigre
Pistaches

Enrouler tant bien que mal les kadaïf autour des têtes d’asperges (ceux qui ont déjà tenté de dompter les délicieuses choses me comprendront, ceux qui les domptent sans mal seront gentils de me dire comment ils font).
Badigeonner d’huile et cuire au four une dizaine de minutes.
Pendant ce temps, préparer une sauce en mélangeant moutarde miel et vinaigre en proportions égales.
A la sortie de four, napper les asperges de sauce et de pistaches concassées.
A table !