De blog en blog, emportée par la vague, je me retrouve chez Délices de papier. Et je découvre les paroles du Temps des cerises. « Découvre », oui, le mot est lâché. Tant de fois je me suis laissée attendrir par la voix chevrotante et si haut perchée de mamie Unetelle ou Telleautre, chantant ce temps des cerises les yeux brillants du souvenir de l’amant de Saint Jean, celui qui lui faisait danser la java, une java aussi  bleu que les reflets de sa mise en plis d’aujourd’hui…  Charmantes mamies si charmeuses que jamais je n'avais écouté les paroles. Et là, je lis, et, sacrebleu : revoila le rossignol !! 

cerisesQuand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol, et merle moqueur
Seront tous en fête !
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux, du soleil au coeur !
Quand nous chanterons le temps des cerises,
Sifflera bien mieux le merle moqueur !

Le fait est que dans le cerisier du jardin, Monsieur Rossignol et Monsieur Merle moqueur sont bien les seuls à avoir profité des cerises dans les branches trop haut perchées. Préférant la baguenaude en tong aux périlleuses escalades,  j’ai fait le plein de fruits charnus sur le marché. Et la cigale en tongs de concocter un petit rhum arrangé à la cerise (au risque de passer pour une alcoolique après le coup des fraises au vin). Un petit remontant à siroter quand l'hiver, à la santé du merle moqueur.

cerises2Rhum arrangé à la cerise
1 bouteille de rhum quasi pleine ou un peu vide
Une vingtaine de cerises charnues et sucrées, dénoyautées
2 c. à s. de sucre de canne
1 gousse de vanille fendue

Mettre les ingrédients dans la bouteille. Secouer. Mettre au fond d’un placard et oublier pendant au moins 2 mois. Filtrer. Remettre en bouteille. Déguster à petites doses, en apéritif ou en digestif.