brownie_sketch2Un brownie, kesako ? Un gateau chocolaté, fondant… oui, mais pas seulement. Avant tout, les brownies sont de « bons génies du foyer », originaire d’outre Manche. On les décrit petits, très poilus, sans nez, une petite tête plate flanquée de deux très grandes oreilles. Attachés a un foyer, les petits êtres s’occupent des taches domestiques. La nuit, sachant sa famille profondément endormie, le petit être agite plumeau et balais pour qu’au petit matin, la maison soit propre comme un sous neuf. Sympa le brownie. En signe de sympathie envers ce petit être sympa, il est recommandé de lui préparer quelques gourmandises. Comme le précisait William Henderson en 1879, « la maîtresse de maison doit les préparer et les disposer dans un coin où il pourra les trouver par hasard ». Par hasard, important, très important. Susceptible, le petit être prend les offrandes directes pour des offenses flagrantes. Tendez lui une assiette, il vous fusille de son regard bleu avant de vous laisser admirer les poils de son dos alors qu’il franchit à jamais le seul de votre demeure. Et là, à vous plumeau et balais, fini la belle vie.

brownie

Cet après midi, par temps gris (et oui, encore…), j’ai cuisiné un bon brownie au chocolat d’après ce fameux « Petit livre rose »,  bible gourmande selon Pascale, chapitre brownie, p.19. Pour le cas où un brownie expatrié viendrait à passer devant ma fenêtre, j’ai disposé un morceau de gâteau dans un coin où on pourra le trouver par hasard. Juste au cas où…